Gérard Agnellet : des pistes de ski à la ferme familiale

Après de nombreuses années passées sur les pistes et différents titres à son actif, Gérard Agnellet a décidé de s'accorder du temps en solitaire. Sportif accompli originaire de la Clusaz, il passe également beaucoup de temps à la ferme, dans laquelle il a grandi.

Nous l'avons rencontré afin d'en savoir plus sur lui et son parcours !

Gérard Agnellet© Nils Louna

Bonjour Gérard, peux-tu m’en dire un peu plus sur toi et ton parcours ?

Je m’appelle Gérard, j’ai 28 ans et suis originaire de la Clusaz (Haute-Savoie). Après mon baccalauréat, je me suis orienté vers un DUT Techniques de Commercialisation à l’IUT d’Annecy-Le-Vieux. Une fois le diplôme en poche, j’ai décidé d’arrêter les études, à savoir que je n’ai jamais été très scolaire. J’ai ensuite fait quelques petits boulots, notamment pour pouvoir payer ma saison.

J’ai commencé le ski de fond très jeune, et me suis rendu à ma première compétition lorsque j’avais 8 ans. Je n’ai jamais arrêté depuis, même pendant mes études. Depuis 3 ans, je travaille en tant qu’aide familial à la ferme, avec mes parents.

Pourquoi t’être tourné vers l’agriculture ?

Depuis tout petit, j’ai toujours vécu à la ferme. Ce qui me plait, c’est surtout tout ce qui touche à la fabrication du lait et du fromage. J’aime aussi beaucoup être au contact de la nature, du vivant et des produits de la ferme.

Gérard Agnellet et chèvres

Que fais-tu à la ferme ?

Mes parents et moi-même fabriquons du reblochon fermier, sous le nom de Pochat & Fils. Ce fromage est fabriqué 2 fois par jour, après chaque traite. Par ailleurs, chaque reblochon est unique ; il dépend du troupeau, de ce que mangent les vaches, etc. Nous le vendons en direct à la ferme et à un grossiste. En savoir plus sur les points de vente directe

Quels sont vos engagements ?

Il y a beaucoup de règles et de normes à respecter dans la fabrication du reblochon. Par exemple, nous n’avons droit qu’à 3 races de vaches, toutes locales. De même, 75% du foin que nous donnons à ces dernières provient de la Haute-Savoie, les 25% restants sont dus à la sécheresse et autre. Il y a donc un cadre légal strict à respecter.

La ferme de mes parents est une petite ferme très familiale (35 vaches), reprise de génération en génération, tout l’inverse d’une grande exploitation. Notre ambition est de produire le meilleur fromage possible, mais aussi le plus naturel, avec tous les atouts que possèdent notre région. Nous voulons mettre en valeur un produit du terroir.

Gérard Agnellet et reblochon (Pochat & fils)

Tu es également athlète de haut niveau, comment en es-tu arrivé là ?

Comme tous les enfants, j’ai commencé le ski à l’école. J’ai toujours été quelqu’un d’endurant, et j’avais peur de la vitesse. Lorsque j’ai essayé le ski de fond pour la première fois, cela m’a tout de suite plu. J’ai ensuite obtenu des bons résultats au niveau régional, ce qui m’a permis de rentrer au Fayet (pôle espoir ski) puis d’intégrer le Comité Mont-Blanc (qui regroupe les meilleurs jeunes de Haute-Savoie). J’ai par la suite rejoint la Haute-Savoie Nordic Team (l’équipe Seniors de Haute-Savoie en quelque sorte) pendant 7 ans, qui est en-dessous de l’équipe de France. Depuis 2 ans, je continue le ski en solo.

Pourquoi le ski de fond ?

J’adore les longues distances et l’endurance. J’aime également me retrouver seul, dans la nature, et pouvoir faire des grands tours en pleine forêt. Découvrir de nouveaux points de vue et repousser le corps dans ses derniers retranchements, c’est ce qui me plait le plus dans ce sport.

Gérard Agnellet et ski de fond

Qu’est-ce que le sport t’a apporté ?

Selon moi, le sport est l’une des plus belles écoles de la vie. Celui-ci nous apprend beaucoup de choses et nous enseigne de nombreuses valeurs telles que le travail, la volonté, le respect des autres et de la nature. Ainsi, tous mes amis qui ont fait du sport et ont décidé d’arrêter ont tous réussi.

Quels sont tes projets pour le futur ?

Pour ce qui est du ski, je vois année après année, en fonction du résultat et du plaisir que j’en retire. Le plaisir reste vraiment ma première motivation. Je n’ai donc pas d’objectifs précis en tête pour cette année. 

De même, je ne sais pas encore si je vais reprendre la ferme. Pour le moment, j’ai envie d’entraîner, de partager ma passion et mon expérience auprès des plus jeunes. Je passe actuellement mon monitorat de ski de fond, et j’espère le réussir l’an prochain.

Gérard Agnellet© Nils Louna

Pour aller plus loin

Vous pouvez suivre l’aventure de Gérard Agnellet sur Facebook et Instagram.

Découvrez l’aventure de …

Jérémie et Quentin, entrepreneurs fans de la quiche

Lisa, entrepreneure passionnée par les solutions éthiques et durables


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés