Janvier 2020 – Dessine-moi une abeille

dessine moi une abeille

On est très touché par ce superbe dessin que nous a envoyé Hugo, 7 ans et déjà parrain de 10 000 abeilles. Artiste ou apiculteur en herbe, on espère avoir la chance de l’accueillir sur notre rucher cet été pour partager avec lui cette passion pour les abeilles.

Sache qu’en ce moment, Hugo, tes amies les abeilles restent cachées au chaud dans leur maison. La ruche les protège de la pluie, du vent, et elles s’activent toutes ensemble pour la réchauffer. Elles utilisent les muscles de leurs ailes, comme pour s’envoler, et les font travailler jusqu’à produire de la chaleur. C’est pareil que lorsque tu cours. Tes muscles consomment des nutriments pour fonctionner et une partie de l’énergie est libérée sous forme de chaleur.

Mais du coup les abeilles mangent des nutriments ?

candi et abeilles

Oui, on peut dire ça. Les abeilles consomment soit le miel et le pollen qu’elles ont réussi à récolter l’an dernier lorsqu’il y avait des fleurs dans les champs, soit une pâte sucrée (Candi) qu’on leur donne pour les aider. Pour le moment, elles n’ont pas toutes aussi faim. Une ruche sur trois a déjà fini son candi et on s’assure régulièrement qu’elles ont toujours des provisions. Sinon c’est le drame, les abeilles ne peuvent plus manger, donc plus se réchauffer et elles finissent par mourir comme cela vient de se produire sur une ruche.

abeilles mortes sur le haut des cadres

C’est une chose qui arrive et il faut faire avec.

Certaines colonies sont déjà actives

On se rassure les jours où il fait suffisamment chaud et beau pour les observer retrouver leur liberté. Elles ne perdent pas une minute pour se mettre au travail, certaines nettoient le fond de la ruche, d’autres vont chercher de l’eau, et les dernières rapportent déjà du pollen comme tu peux le voir sur la photo en dessous.

abeilles rapportant du pollen

On pense qu’elles le trouvent sur les noisetiers et sur une plante qui s’appelle l’hellébore. Ces premières pelotes de pollen, accrochées à leurs pattes arrière, signifient que les abeilles d’intérieur préparent de la bouillie larvaire. Ce qui veut dire que la reine s’est mise à pondre et que des larves ont besoin d’être nourries avant de devenir de nouvelles abeilles après quelques jours. C’est dangereux à cette période de l’année puisqu’une nuit trop froide suffit à refroidir toutes les larves et les fait mourir.

ruches dans la neige

Ce problème était moins grave il y a quelques années puisque les hivers étaient plus froids et il y avait de la neige comme tu peux le voir. Les abeilles vivaient donc vraiment au ralenti et ne sortaient quasiment pas de la ruche pendant l’hiver. Aujourd’hui, la neige se fait rare et les colonies sont trop actives, elles consomment trop et risquent la famine au printemps.

Allez, profitons-en pour te raconter les débuts de notre aventure.

Les débuts

ruche originale

Un beau jour en 2007, à l’heure du goûter, je regarde mon frère (Nicolas) et je lui dis « Ça serait génial de faire notre propre miel, non ? ». Et il me répond « vas-y on essaie ! ». Alors, comme je voulais être sûr d’y arriver, j’ai dévoré un bon gros livre (https://livre.fnac.com/a12611309/Henri-Clement-Le-traite-Rustica-de-l-apiculture). On avait la chance d’avoir un grand-oncle apiculteur qui nous a fait découvrir l’apiculture et qui nous a donné notre première ruche. C’est celle de gauche sur la photo ⬆. On a dû récolter 3 ou 4 kilos la première année, suffisamment pour nous motiver à poursuivre et rajouter une 2ème ruche.

récupération d'un essaim compliquée

Puis on s’est mis à ramasser des essaims un peu de partout. Apparemment, c’est le 12ème de l’année 2011 sur la photo et on ne le voit pas, mais je suis perché en haut d’une grande échelle pour le récupérer celui-là.

Les premières années, on n’avait pas l’œil, on a fait beaucoup d’erreurs, nos gestes n’étaient pas précis donc on se faisait piquer (bon aujourd’hui encore, mais pour d’autres raisons), mais on a énormément appris et on continue d’apprendre à chaque visite.

Après quelques années, des personnes et des commerces nous ont demandé s’ils pouvaient nous acheter le miel qu’on produisait. C’est à ce moment-là, en 2015, qu’on a décidé de créer l’entreprise Confidences d’Abeilles. Notre motivation première était, et est toujours, de partager le travail de nos abeilles, notre passion, et nos connaissances. D’ailleurs, le nom de l’entreprise vient de cette idée de partage des confidences que nous font les abeilles à chaque fois qu’on leur rend visite.

Et maintenant

La mission et les objectifs n’ont pas changé Hugo, mais la réalité sur le terrain, elle, a un peu évolué. Les écoles sont terminées pour nous, les choses sont devenues plus sérieuses, les engagements plus importants, et c’est pour ça qu’on a décidé de créer une association l’été dernier. Cela nous permet d’être soutenus plus facilement et de bénéficier de l’aide de bénévoles. Ça veut aussi dire qu’on va pouvoir dessiner encore plus d’abeilles Hugo, et ça, c’est une super nouvelle !

A bientôt on l'espère 😉.

Gaëtan et l’équipe Confidences d’Abeilles


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés