Juillet 2019, la transhumance

rucher confidences d'abeilles juillet 2019

Décidément, 2019 est vraiment une année noire pour l’apiculture française. Alors qu’à la même période, les années précédentes, la production de miel touchait à sa fin, elle débute tout juste pour nos abeilles. Face à la chaleur et à la raréfaction des ressources florales à 500m d’altitude, une seule réponse est possible : transhumer sur les hauteurs. 🏔

Un bol d’air frais, s’il vous plaît !

Nous revoilà parti pour une mission sauvetage qui aura coûté à l’équipe quelques gouttes de sueur... Et des piqûres... Que ne ferions-nous pas pour nos chères protégées ? 😅
Une mission transhumance qui a conduit nos abeilles quelques 1000 m plus haut pour profiter du grand air. Logiquement plus frais et donc plus vert, les sommets proposent également un panel de fleurs à la floraison plus persistante et des sapins source de miellats. Autant de nouvelles sources que nos abeilles peuvent exploiter, et ce, dans des conditions de température parfaites. Il fait entre 20 et 25 degrés à 1500m, soit légèrement moins que les 27°C au-delà desquels les abeilles réduisent leur activité. En effet, le vol génère une chaleur importante qu’il leur faut évacuer, elles prennent donc de plus longue pause.

rucher dans les Aravis

Voilà un environnement encore bien vert pour nos ruches !

Mais comment transhume-t-on une ruche ?

Premier point : Trouver l’endroit idéal. La transhumance n’est pas une broutille ou effectuée sans réflexion. Elle demande du travail de la part de l’apiculteur, il faut trouver l’endroit idéal pour ses abeilles afin d’améliorer leur bien-être. C’est là tout l’objet d’un tel périple. Pour les abeilles de Confidences d’Abeilles, une partie a trouvé refuge au col de Merdassier, dans le massif des Aravis, et les autres ruches ont été placées dans un alpage de Bellecombe-en-Bauges.
Deuxième point : Attendre la nuit. Les abeilles sont des êtres vivants diurnes ce qui veut dire qu’à la tombée de la nuit, la colonie est au repos dans la ruche après une grosse journée de travail. C’est donc le meilleur moment pour venir obstruer la sortie et pouvoir déplacer la ruche sans encombre. Ou presque, car nous avons récolté quelques piqûres, certaines avaient visiblement décidé de faire nuit blanche avec nous 🥳.
Troisième point : Être efficace. La ruche est un organisme fragile, le trajet doit être effectué rapidement pour ne pas trop chambouler la colonie. Cependant, rapidité doit également rimer avec délicatesse, toutes les précautions sont à prendre, une secousse trop violente peut entraîner des dégâts considérables. L’apiculteur doit faire preuve d’une main de fer dans un gant de velours...
Quatrième point : la ruche n’est pas un jouet.
👩🏫 Oui, on ne s’amuse pas à transhumer les ruches à tout bout de champ. De toute façon le poids dissuade rapidement, entre 30 à 50kg par ruche (attention au dos). Et puis comme évoqué plus haut, un essaim est un organisme fragile qui est affecté par le moindre changement. Modifier son environnement, c’est modifier son fonctionnement intérieur, et cela s’accompagne nécessairement d’un temps d’adaptation.

Voilà, vous êtes prêts à transhumer !

Introduction des jeunes reines et création d’essaim

Notre élevage de reines se porte bien, les reines sont vigoureuses et en bonne santé. Nous avons pu en introduire, fin juin, dans certaines ruches pour les dynamiser. A perte parfois, car si l’on peut croire que l’organisation de la colonie attribue les pleins pouvoirs à madame la reine, il n’en n’est rien. La loi est entre les pattes des ouvrières, c’est elles qui choisissent leur reine et si elle ne leur convient pas, on se rapproche assez similairement d’un scénario 1789… Matriarcat oui, mais en démocratie !

cagette d'introduction des reines

Cage d’introduction de la reine, elle permet une introduction en douceur de la reine

Cet élevage est aussi l'occasion pour nous de palier aux pertes des ruches de certains de nos parrains. Nous avons donc décidé de scinder certaines colonies afin d’en créer deux. Un phénomène naturel que nous avons simplement supervisé ici et qui porte ses premiers fruits. Les jeunes reines dynamisent ces petites ruches et après un mois de travail, leurs premières filles viennent renforcer les rangs. Les plus âgées peuvent donc retourner dans les champs collecter le nectar. C’est encore timide, mais c’est une victoire au regard de l’hécatombe des mois précédent.

Et ACTION !

Mais que se passe-t-il chez Confidences d’Abeilles ? Série ou films d’action ? Quoiqu’il en soit nos abeilles étaient sous le feu des projecteurs et le moins que l’on puisse dire c’est que ce sont de vraies petites stars hollywoodiennes en herbe.

tournage confidences d'abeilles

Alors des idées ? On vous donne un indice : un lien est glissé dans l’article.Le magnifique proverbe géorgien suivant vous permettra de trouver le lien.

“L'âne est précieux dans les montagnes

Bonne chasse et à très vite ! 🤓

 

 


1 commentaire


  • Jean-Marc Rolland

    Super travail… Chez nous à Madagascar on vient juste de commencer la transhumance car des zones qui ne donnent qu’une récolte, les abeilles ont besoin de se nourrir …


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés