Juin 2017

Cadre de hausse à miel

Le printemps s’achève bientôt, loin d’avoir tenu ses promesses, il nous laisse un goût amer. Il aura fallu attendre mi-mai pour que les conditions climatiques autorisent enfin nos colonies à se développer. Et puis dans une poignée de jours, le 21 juin, ce sera le solstice d’été. A partir de cette date-là les jours vont commencer à diminuer et la ponte de la reine aussi. Les dernières butineuses de notre récolte de miel sont en train de naître.

Dans la ruche

Dans l’ensemble la fièvre d’essaimage est retombée et les colonies travaillent maintenant à constituer autant de réserves qu’elles le peuvent. Des milliers de butineuses sont donc affectées à la collecte du nectar. Le nid à couvain reste encore important, environ 7 à 9 cadres, et les jeunes reines des ruches ayant essaimé tentent de combler leur retard. 

joli cadre de couvain

Un joli cadre de couvain

Quand faut-il poser la hausse suivante ?

Lorsque la colonie occupe au moins 7 ou 8 cadres de la dernière hausse il faut prévoir d’en ajouter une nouvelle. On peut aussi surveiller le blanchissement des cires sur le haut des cadres de hausse. Enfin, il faut parfois poser une hausse en prévision de forte miellée comme ce peut être le cas avec le tilleul.

Au-dessus ou en-dessous ?
Les cadres de hausses commencent à blanchir sur le dessus

Gros débat ! et nous répondons : au-dessus. Plusieurs raisons :

  • De cette façon il y a toujours des cadres de miel juste au-dessus du couvain et la reine n’est pas tentée d’aller pondre dans la hausse (cela reste vrai même avec une grille à reine)
  • On a déjà vu des colonies descendre le miel de la hausse supérieure dans celle du bas nouvellement ajoutée
  • On évite ainsi d’isoler une partie de la colonie en haut
  • L’intervention est simplifiée

Premières récoltes ?

Pour cela il faudra bien attendre que les cadres soient operculés au moment où on envisagera cette opération. C’est la garantie que le miel aura un taux d’humidité compris entre 17 et 18% ce qui lui assurera la meilleure des conservations. L’usage d’un « chasse-abeilles », n’autorisant le passage que dans le sens hausse vers le corps facilitera grandement la récolte. Plus d’informations sur la récolte de miel.

 

De l’eau pour nos abeilles

N’oublions pas que les colonies ont des besoins en eau importants que des pourvoyeuses sont spécialement dédiées à cette tâche. Facilitons-leur le travail en nous assurant que nos abreuvoirs ne se tariront jamais. Une source d’eau propre à proximité du rucher c’est moins d’efforts pour les abeilles et l’assurance qu’elles ne s’empoisonneront pas avec cette eau.

L'abreuvoir de nos abeilles, un toit en tôle retourné, des cailloux pour éviter les noyades et absorber l'eau et un filet d'eau courante

L'abreuvoir de nos abeilles, un toit en tôle retourné, des cailloux pour éviter les noyades et absorber l'eau et un filet d'eau courante

Bon courage pour les récoltes ! Rendez-vous le mois prochain pour évoquer la fin de saison.

Nicolas & Gaëtan

 


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés