Le miel en rayon, un condensé de bienfaits !

miel en rayon et groseilles

Depuis quelques années le miel en rayon, encore nommé « brèche », suscite un engouement croissant. En quête d’authenticité, d’un produit « sauvage » directement issu de Dame Nature, les puristes le plébiscitent. Ses garanties de qualité, son unique et exceptionnelle saveur, en font un produit de luxe. Que recherchent donc les amateurs de miel en rayon ?

A l’heure de la mondialisation et au regard de l’effondrement de la production Française ces dernières années, on peut, plus que jamais, craindre les fraudes et autres contrefaçons sur le miel.

Importé de Chine, chauffé, coupé au glucose ou avec des miels de mauvaise qualité, ce produit du terroir est aujourd’hui mis à mal. S’affranchissant de tous ces maux, le miel en rayon séduit pour plusieurs raisons.

miel en rayon

Un produit non transformé

De la ruche au consommateur, seule la lame d’un couteau est intervenue pour découper le rayon. Ce sont donc les abeilles et seulement elles qui ont élaboré le produit fini. Exit le chauffage, l’extraction, le filtrage et la maturation, procédés habituellement mis en œuvre pour la production du miel en pot.

Pas de chauffage, le miel en rayon conserve toutes ses propriétés

Une bonne partie des miels liquides vendue en grande surface a subi une pasteurisation (chauffage à température élevée de ± 75°C pendant quelques minutes). Ce procédé leur assure plusieurs mois de commercialisation à l’état liquide. L’un des premiers impacts, est une perte aromatique car les aromes les plus légers sont très sensibles à la chaleur. Le second est une augmentation du taux d’HMF (Hydroxyméthylfurfural). La limite à ne pas dépasser est de 40mg/kg. Entre un miel à 15mg/kg après la récolte et une limite à 40mg/kg il y a une petite marge qui autorise quand même le chauffage !

Les enzymes se dégradent aussi. La plus sensible d’entre elles, la saccharase, est pratiquement totalement détruite par la pasteurisation. Le miel en rayon, non chauffé, conserve ainsi toutes ses propriétés thérapeutiques, ses effets prébiotiques (favorables à la microflore intestinale) et son pouvoir antibactérien.

Une saveur unique

Habituellement les cadres sont extraits les uns derrière les autres, ruche après ruche, et le tout termine dans de grands futs, c’est la phase de maturation. Résultat : il se produit un colossal brassage des miels qui en nivelle la saveur finale. Quel dommage de ne pouvoir profiter de la riche diversité des essences florales de notre environnement. Avec le miel en rayon c’est tout l’inverse ! Chaque cellule est unique, elle contient le fruit du travail de butineuses qui ont privilégié telle fleur plutôt qu’une autre. Intensité, texture, caractère et explosion de saveurs différencient le miel en rayon du simple pot de miel.

Plus de pollen

Ne subissant ni filtration, ni maturation le miel en rayon contient nécessairement plus de fines particules. Parmi elles se trouve notamment le pollen. Il contient de nombreux nutriments tels que des minéraux, des vitamines et des antioxydants. Non dépourvu de cette grande richesse nutritionnelle, le miel en rayon est un aliment particulièrement approprié pour combler certaines carences.

Les bienfaits de la cire sur le cholestérol et le foie

A l’image des bons acides gras présents dans les poissons, les longues chaines carbonées d’alcools et de lipides présentes dans la cire d’abeille aident à réduire le mauvais cholestérol (Experimental Biology and Medicine, March 2004). Enfin, certaines fonctions alcool semblent même avoir des effets antioxydants sur le foie. Une équipe de chercheurs a mené une étude sur des personnes atteintes de stéatose hépatique (foie gras d’origine non-alcoolique). Pendant 24 semaines celles-ci ont pris une préparation à base de cire d’abeilles. A l’issue de cette période les chercheurs se sont aperçus que la cure avait aidé à rétablir les fonctions normales du foie et que les symptômes de la maladie avaient diminué (Korean Journal of Internal Medicine, July 2003).

L'équipe Confidences d'Abeilles

Références : Yves Le Conte – Jean-Marie Barbancon, 2006, Le Traité Rustica De L’apiculturehttp://www.cari.be/medias/abcie_articles/143_fiche1.pdfhttp://www.livestrong.com/article/486228-what-are-the-benefits-of-eating-honeycomb/http://mobile.lemonde.fr/m-perso/article/2016/09/15/la-ruee-vers-l-or-des-abeilles_4997908_4497916.html 


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés