Les abeilles en hiver

L’hiver : une saison dangereuse pour les abeilles ?

Indéniablement, oui ! En France, 1/3 des colonies ne survit pas à l’hiver.

Pourquoi ? D’abord, le froid ! Les abeilles ne sortent que très rarement en dessous de 10°C, les faibles températures sont donc une cause importante de mortalité chez nos petites protégées. Effectivement, le froid les empêche de rester trop longtemps en dehors de la ruche et la saison n’est pas non plus propice à la récolte de pollen. Cela signifie que les abeilles se nourrissent grâce à leur réserve durant toute la saison hivernale !
Voilà pourquoi les apiculteurs veillent bien à leur laisser de quoi tenir la saison lors des dernières récoltes estivales.
Mais attention aux hivers trop doux ! Les remontées de températures trop précoces peuvent aussi être fatales pour les abeilles, car cela les incite à sortir de la ruche et dépenser de l’énergie pour chercher un nectar qui n’est pas encore produit par les fleurs. C’est une des causes importantes de mortalité l’hiver, car les abeilles, fatiguées, consomment tout leur miel et meurent de faim avant l’arrivée des beaux jours.
Cependant, le froid n’est pas le seul ennemi des abeilles en hiver. Malgré les températures parfois glaciales de la saison, les prédateurs sont toujours à l’affût ! S’il est possible que la ruche soit abîmée par des gros animaux qui la renversent et l’exposent au froid, le prédateur principal des abeilles est le varroa. Ce minuscule acarien qui se reproduit dans le couvain est capable de décimer des colonies entières d’abeilles !

 

Comment les abeilles résistent-elles aux températures froides de l’hiver ?

Pour rester actives et survivre aux faibles températures de l’hiver, les abeilles ont développé une technique bien précise : elles se regroupent en grappe ! De cette manière, elles forment une boule bien compacte autour de la reine et des rayons de miel. Les abeilles au centre de cette grappe produisent de la chaleur en contractant leurs muscles de vol, sans bouger leurs ailes. La grappe est plus ou moins contractée selon la température et se nourrie du miel stocké dans les rayons. Technique plutôt efficace puisqu’il fait jusqu’à 30°C à l’intérieur de la grappe, et 10°C sur ses bords.

 

Parasite varroa accroché au dos d'une abeille

Hibernage ou hivernage ?

Hivernage ! Alors que plusieurs insectes passent l’hiver en hibernant, c’est-à-dire en ralentissant leur métabolisme afin de survivre jusqu’au printemps, l’abeille domestique, elle, hiverne : elle reste active pendant l’hiver, bien qu’elle ne sorte que très peu de sa ruche.

Les abeilles sortent notamment pour faire leur besoin, garantissant ainsi une hygiène impeccable à l’intérieur de la ruche.
La préparation de l’hivernage est donc une étape clé pour les abeilles : elles doivent avoir suffisamment de nourriture au sein de la ruche pour se nourrir tout l’hiver. Ainsi, lorsque les températures baissent, les abeilles expulsent les faux-bourdons (les abeilles mâles) de la colonie, puisqu’ils sont inutiles à leur survie et sont considérés comme des bouches en trop à nourrir.

 

Quid de l’entretien des ruches pendant cette saison ?

Pendant l’hiver, les apiculteurs continuent de prendre soin de leurs ruches, un peu différemment !
Ils font le tour des ruchers afin de vérifier que les ruches sont intactes, bien ventilées (sans courant d’air et légèrement inclinées pour évacuer la condensation). Ils veillent aussi à ce que les abeilles aient accès à des pains de sucre si nécessaire, au cas où leurs réserves de miel soient trop vite épuisées.
Pour le bien-être des abeilles, les apiculteurs n’ouvrent pas les ruches en-dessous de 15°C. Ils usent donc d’autres stratagèmes pour vérifier si les colonies d’abeilles sont en forme, notamment en les écoutant ! Les abeilles, regroupées en grappe pour se protéger du froid, vrombissent : le bruit est donc un bon indicateur de l’activité de nos jolies butineuses.

 

Une reprise d’activité en douceur…

Lorsque les températures se radoucissent et que les jours se rallongent, l’activité reprend au sein de la ruche.
Dès le mois de février, la reine reprend la ponte pour reconstituer sa colonie. Petit à petit, cette dernière triple de taille ! Passant d’environ 20 000 abeilles en hiver à 60 000 en été.
Le retour des beaux jours annonce également la reprise des sorties. Les abeilles sortent pour butiner le nectar et le pollen des premières fleurs mellifères. Elles reconstituent ainsi les réserves de nourriture de la ruche, vidées par la saison hivernale et par les soins apportés au nouveau couvain.

 

Pour suivre notre aventure en direct, c'est juste ici pour Instagram et là pour Facebook :) 

Envie de prendre part au projet ? Découvrez comment soutenir les abeilles grâce au parrainage.

 


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés