Les abeilles solitaires, qu'est-ce que c'est ? Comment les aider ?

Aujourd’hui, les principaux insectes pollinisateurs sont représentés par les abeilles (pollinisatrices de 84% des plantes à fleurs en France), aux côtés de certaines guêpes, mouches, et papillons. Parmi les butineuses, on distingue l’abeille sociale et l’abeille solitaire.

Contrairement à la croyance commune, il est absurde d’appeler Apis mellifera l’abeille domestique, puisqu’elle est tout sauf domestiquée. En effet, il s’agit d’une abeille sociale capable de récolter et de produire différents produits comme la cire, le pollen et, évidemment, le miel. Disposer d’un habitat adéquat est une condition sine qua non pour la survie d’une colonie d’abeilles. Ainsi, historiquement, après avoir été chasseur de nids d’abeilles et cueilleur de ses rayons, l’homme a réellement commencé l’apiculture par l’action qui reste la plus fondamentale encore aujourd’hui : fournir un habitat fiable et protégé dans lequel des abeilles peuvent prospérer.

Et les abeilles solitaires dans tout ça ?

Abeille charpentière sur fleur

Une abeille charpentière

3 chiffres pour les présenter

Bien moins connues que leur cousine l’abeille sociale (Apis mellifera), les abeilles solitaires représentent pourtant 80% du nombre total d’abeilles en France. A ce jour, il existe plus de 1000 espèces différentes sur le territoire national, et 20 000 dans le monde.

Véritable sentinelle de notre environnement, l’abeille tient un rôle déterminant : elle assure, seule, 35 % de la pollinisation des plantes à fleurs. Toutefois, les abeilles solitaires ne produisent pas de miel.

De ce fait, contrairement à l’Apis mellifera, les abeilles solitaires n’ont pas de butin à protéger. Farouches, elles sont inoffensives pour l’Homme et ne l’attaquent donc jamais, à moins de se sentir en danger de mort.

Malheureusement, la survie des abeilles est menacée depuis plusieurs années. Il est urgent de les protéger, puisque leur disparition aurait des conséquences dramatiques sur nos paysages et notre alimentation.

Sociale VS Solitaire : les différences

Contrairement à l’abeille sociale, la plupart des abeilles sont dites solitaires. Ainsi, elles ne vivent pas en colonies et n’ont pas de reines ; une abeille solitaire travaille donc uniquement pour elle-même. Toutefois, au printemps, des essaims d’abeilles solitaires peuvent survenir, en particulier avec les Colletes et les Andrena.

Les abeilles solitaires aspirent le nectar des fleurs et collectent grâce à leurs poils (situés sur leurs abdomens et leurs pattes) le pollen. Le nectar butiné est mélangé avec le pollen, et sert à nourrir les larves. A travers ce processus, les abeilles assument leur rôle d’agents pollinisateurs indispensables en assurant la reproduction d’une très grande partie des espèces végétales ainsi que leur adaptation aux aléas climatiques, par exemple.

En ce qui concerne sa progéniture, l’abeille solitaire pond une dizaine d’œufs. Ces derniers sont déposés individuellement ou par petits groupes dans des galeries creusées par d’autres insectes, de la terre, du bois, ou encore des végétaux morts. Du côté de l’abeille sociale, les reines possèdent un métabolisme extraordinairement actif : en saison de ponte, celles-ci produisent environ 2000 œufs par jour dans la ruche ! Elles sont en effet le seul individu fertile du groupe, mères des dizaines de milliers d’ouvrières que comporte une colonie.

Enfin, les abeilles solitaires vivent moins d’un an et meurent généralement avec l’arrivée de l’hiver. Chez l'abeille sociale, la reine vit de 3 à 5 ans, alors qu’une ouvrière d'été vit en moyenne entre 5 et 6 semaines et une ouvrière d'hiver entre 5 et 6 mois.

Abeille laurier tin

Apis mellifera (abeille sociale)

Bourdon des champs

Bourdon des champs (abeille solitaire)

Comment je les reconnais ?

Comment je peux les aider ?

On le sait, vous avez vous aussi des abeilles qui rentrent dans les trous de vos fenêtres, dans vos poutres en bois, dans vos chaises de jardin, ... C’est normal, elles cherchent un lieu pour déposer leurs œufs à défaut de disposer d’un habitat naturel. En effet, de telles cavités sont extrêmement rares dans le milieu sauvage, de telle sorte que certains troncs d'arbres creux ou crevasses dans les roches sont habités par des colonies d’abeilles depuis des temps immémoriaux.

Et si, plutôt que de les chasser, vous leur proposiez un hôtel à insectes ?

Devenez architecte le temps d’un après-midi pour construire votre propre nichoir à abeilles solitaires ! Le DIY proposé par Kaizen est parfait pour cela, alors le voici. 

Matériel nécessaire :

  • 1 boite de conserve (de 12 cm de hauteur minimum)
  • Des tiges creuses (type bambous, roseaux ou ronces)
  • Un sécateur / cuter
  • De l’argile naturelle (pâte ou poudre à mélanger avec de l’eau)
  • Pour la décoration : du ruban adhésif double face et de la ficelle

Étapes à suivre :

  1. Commencez par décorer votre futur nichoir. Fixez quatre bandes de ruban adhésif autour de la boîte. Placez la ficelle à l’une de ses extrémités et déroulez la bobine.
  2. Découpez autant de tiges que peut en contenir la boite. Pensez à varier les diamètres (entre 2 et 12 millimètres) pour pouvoir accueillir un maximum d’espèces différentes. Veillez à laisser les nœuds, s’il y en a, à une extrémité du tronçon. Ces derniers doivent être légèrement plus petits que la hauteur de la boite afin d’être protégés de la pluie.
  3. Disposez une épaisse couche d’argile au fond de votre boite.
  4. Plantez ensuite les tiges dans l’argile une par une, en veillant à disposer les nœuds au fond si vous en avez gardé.

Il ne vous reste plus qu’à fixer votre nichoir au minimum à 60 cm du sol avec une exposition sud, sud-est, voire sud-ouest. En effet, les abeilles solitaires apprécient les endroits bien aérés et ensoleillés.

Nichoir à abeilles Kaizen

Leur créer un garde-manger ?

Les abeilles solitaires sont friandes de plantes à fleurs. Nous vous conseillons donc de planter des fleurs mellifères dans votre jardin, ainsi que des arbustes et des arbres fruitiers, par exemple. Bien évidemment, pour que les abeilles puissent se nourrir tout au long de la belle saison, l’idéal est d’étaler la période de floraison, du printemps à l’automne.

De même, les abeilles apprécient les plantes sauvages (romarin, lavande, thym, etc.), n’hésitez donc pas à en semer dans votre jardin !

Vous aimeriez savoir quoi planter pour aider les abeilles ? Nous vous invitons à lire cet article

Abeille fleur scabieuse

Apis mellifera butinant une scabieuse.

Les choses qu’on évite !

Les abeilles, comme de nombreux autres insectes, subissent les effets nocifs des pesticides. Si vous souhaitez les accueillir dans votre jardin, il est donc impératif de bannir l’utilisation de produits chimiques, en particulier sur les plantes en fleurs.

De plus, essayez de conserver un parterre de sable dans votre jardin pour que certaines abeilles puissent y construire leur nid.

 

SOURCES :


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés