Nathan Vitu et NOSC : faire du respect de la planète le sport le plus pratiqué

Jeune sportif sensible à l'environnement, Nathan Vitu a créé NOSC, une marque de vêtements outdoor éco-responsable qui s'inspire des lignes architecturales urbaines et des ressources présentes dans la nature. Après une campagne de financement participatif réussie en 2018, la marque tend à se développer de jour en jour et prouve qu'il est possible d'agir à notre échelle.

Retour sur son parcours et son projet !

NOSC Natural Outdoor Sport Clothing

Le shooting photo de la dernière collection de NOSC.

Bonjour Nathan, peux-tu m’en dire un peu plus sur toi et ton parcours ?

Je m’appelle Nathan, j’ai 24 ans et suis originaire de Chamonix-Mont-Blanc, en Haute-Savoie. Pour ce qui est de mon parcours, j’ai obtenu un DUT Gestion des Entreprises et des Administrations (GEA) à l’Université Savoie-Mont-Blanc, à Annecy. J’ai ensuite poursuivi mes études avec une Licence en Science de Gestion et un Master Entrepreneuriat à l’IAE de Lyon. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à travailler sur le projet NOSC.

Par ailleurs, j’ai fait du ski de fond pendant plus d'une dizaine d'années, mais pas à très haut niveau. A côté de cela, je pratique d’autres sports tels que le triathlon et la course, ce qui me prend pas mal de temps.

Peux-tu me présenter NOSC en quelques mots ? Qu’est-ce qui t’a donné envie de créer cette marque ?

La marque NOSC est née avec l’ambition de proposer une alternative éco-responsable en matière de pièces techniques à destination des sportifs. Etant donné que j’ai toujours vécu à Chamonix, j’ai pu me rendre compte rapidement de l’impact que l’Homme peut avoir sur l’environnement (fonte des glaciers, pollution atmosphérique, etc.).

Avec mon associé (Maugan PÉNIGUEL), notre leitmotiv est d’agir à notre échelle. Comme le sport est un milieu que je connais bien et qu’il existe un véritable manque vis-à-vis des produits textiles outdoor (produits synthétiques, etc.), nous avons décidé de créer une marque vraiment engagée, avec un impact éco-responsable. Notre devise est “faire du respect de la planète le sport le plus pratiqué”.

Nous avons lancé notre campagne de crowdfunding en juin 2018. Il nous a fallu un an pour avoir nos premiers produits et quelque chose de construit. C’est seulement depuis quelques mois que notre gamme de produits est complète !

NOSC Natural Outdoor Sport Clothing

Quid de l’organisation dans l’entreprise ?

Pour le moment, nous ne sommes que 2 avec mon associé. Notre volonté est d’embaucher d’autres personnes pour travailler à nos côtés dès que possible car plus il y aura du monde, plus nous aurons d’impact.

Quels sont les engagements et les valeurs que tu souhaites véhiculer à travers NOSC ?

Notre engagement repose sur trois piliers clés. Le premier est l’environnement. Nous avons recours à des matières recyclées et naturelles, et faisons en sorte de produire le plus localement possible. Nous travaillons avec des entreprises certifiées, sélectionnées avec soin. De même, nous essayons d’avoir le moins d’impact possible au niveau de nos packaging (carton recyclé, etc.).

Par ailleurs, la polyvalence des produits est cruciale pour nous ; nous voulons offrir la possibilité de consommer moins et mieux. Enfin, l’aspect technique est également un point important, puisque nous nous revendiquons comme marque de sport qui convient à tous les sportifs.

Enfin, nous avons rejoint l’association 1% for the Planet et, par la même occasion, décidé de parrainer une ruche. En effet, la protection de la biodiversité est un combat important pour nous, en plus de la lutte contre le plastique. Mon oncle est apiculture pendant son temps libre, et cette cause me tenait donc à cœur. A travers notre geste, nous participons à la préservation du bien-être animal, notamment celui des abeilles.

NOSC, qu’est-ce que ça signifie ?

A l’origine, NOSC signifiait “Natural Outdoor Sport Clothing”. Ce nom avait une histoire, mais nous nous sommes finalement rendus compte qu’il était trop anglais, trop long. Nous préférons donc garder l’acronyme tel quel, sans entrer dans les détails.

Il paraît que tu travailles sur une nouvelle fibre et un nouveau concept de produit, peux-tu nous expliquer de quoi il s’agit ?

En septembre, nous allons lancer notre grosse innovation, sur laquelle nous travaillons depuis plus d’un an. Il s’agit d’un ensemble legging-brassière post pétrole, c’est-à-dire que nous nous passons du pétrole dans la composition du produit et utilisons une fibre issue de la graine de ricin (développée avec un producteur lyonnais). Ce projet est important pour nous puisqu’il prouve qu’il est possible de faire des produits techniques sans dépendre du pétrole. A savoir que nous sommes les premiers à utiliser cette matière en termes d’active wear ! L’objectif est de sortir ce produit en septembre, de faire parler de notre marque et montrer notre engagement de manière concrète.

NOSC Natural Outdoor Sport Clothing

As-tu rencontré des difficultés pour mettre en place ton projet ? Si oui, comment les as-tu surmontées ?

Oui et non. Nous avons eu beaucoup de mal à lancer le projet sur le plan industriel. A ce moment-là, nous étions étudiants, sans bagage professionnel en rapport avec le textile, et cela nous a donc pris un certain temps. Entre la campagne de crowdfunding et maintenant, nous avons beaucoup appris et sommes aujourd’hui à même de produire, etc.

Malgré les difficultés, nous avons serré les dents et nous sommes entourés de gens du secteur. Nous avons également eu la chance d’être aidés par d’autres personnes de différents milieux, grâce à qui nous avons pu acquérir un certain savoir-faire. L’an dernier, nous étions à deux doigts d’arrêter ; rien n’avançait, les usines ne nous répondaient pas, … Nous nous sommes ressaisis, et avons finalement relevé le défi ! Nous sommes actuellement sur la bonne voie, et avançons au jour le jour.

As-tu des projets pour le futur ?

Actuellement, notre eshop est notre première vitrine. Nous travaillons sur le développement de partenariats physiques avec des magasins, des pop-up et autres à Lyon, en Haute-Savoie et bientôt à Paris. Notre objectif est de nous développer dans les grandes villes de France pour commencer. A très long terme, nous aimerions être présents à l’international.

J’ai également plein d’idées et de projets, notamment en termes de produits. Comme j’ai pu l’évoquer précédemment, l’idée d’avoir une équipe avec qui échanger et travailler nous tient aussi à cœur. Notre volonté à long terme est de devenir un référentiel en termes de marque de sport engagée.

Entreprendre à plusieurs, bonne ou mauvaise idée ?

Selon moi, le fait d’être à plusieurs est plutôt une force ainsi qu’une chance. En effet, si l’un de nous ne va pas bien, il peut compter sur l’autre pour le supporter. Les seuls problèmes auxquels nous pouvons être confrontés surviennent en cas de désaccord, mais il suffit de discuter entre nous pour trouver une solution. Si je devais le refaire, je ne le ferais pas tout seul.

Est-ce qu’il est difficile de concilier vie étudiante et vie d’entrepreneur ?

Il peut s’avérer difficile de mener les deux fronts, dans le sens où tu délaisses forcément l’un ou l’autre à un moment donné. Toutefois, c’est également une chance puisque tu as du temps pour toi en tant qu’étudiant. Je le vois plus comme un avantage qu’un problème personnellement. Il faut cependant être conscient de ce que cela implique dès le départ (énergie et temps à consacrer, etc.).

Enfin, as-tu un conseil à donner pour quelqu’un qui souhaiterait se lancer et/ou pour ceux qui aimeraient faire quelque chose pour l’environnement ?

Pour quelqu’un qui souhaite se lancer, je dirais qu’il faut suivre à fond son idée. Ce n’est pas en 6 mois qu’on se rend compte qu’un projet fonctionne ou non, il faut persévérer et ne pas baisser les bras, même si c’est dur parfois.

En ce qui concerne le fait d’agir pour l’environnement, je ne veux pas être un donneur de leçons. Selon moi, il faut le faire en fonction de ce que l’on aime. Par exemple, si tu as un attrait particulier pour les vêtements, alors commences par là. Il faut faire les choses petit à petit, chacun à son niveau. Si on s’engage tous, il y aura vraiment un impact derrière. 

Pour aller plus loin

Vous pouvez suivre l’aventure de NOSC sur Facebook, Instagram et LinkedIn.

Découvrez l’aventure de …

Grégory, coutelier en Ardèche qui a décidé de changer de vie

Jérémie et Quentin, entrepreneurs fans de la quiche


Laissez un commentaire


Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés